Curation, veille et publications : l’art d’être premier sur l’actualité !

Dans le domaine du Search marketing, certains acteurs du marché ont fait de la veille une véritable machine de guerre à des fins de branding. L’objectif ? Etre premier sur l’actualité et bénéficier de la popularité des réseaux sociaux. De prime abord la démarche est plutôt légitime de se positionner comme un relai de l’information.

Si on est un professionnel de « l’inbound marketing », que l’on souhaite se faire connaitre où développer sa notoriété, l’exemple du storytelling est un levier efficace, mais diffuser une actualité de référence dans son domaine est un bon moyen pour créer une communauté d’abonnés et de contribuer à la valeur perçue d’une activité, pour ensuite via les réactions et commentaires d’une publication interagir avec d’autres personnes et pourquoi pas identifier des prospects. Pour atteindre cette ultime étape, surtout si vous partez de rien, il y a un peu de boulot…

Veille et curation pour être son propre média

Je suis premier sur l’info !

Quels outils pour faire de la veille ?

Etre un « relai de l’information » nécessite un système automatique de veille. Vous n’allez pas tous les matins aller sur Google en vous disant qu’est-ce que je pourrai bien chercher et trouver pour faire un bon post sur Linkedin et Twitter et qui va générer un max de vues ? Vous allez tenir 3 jours…
Pour devenir un ninja de l’information il faut être organisé. Il y a plusieurs moyens et outils dédiés pour faire de la veille, je vous présente 2 méthodes qui peuvent tout à fait fonctionner ensemble :

Le combo Twitter, Pocket et IFTTT
veille de contenu avec pocket et twitterSuivre les comptes de tous les référents dans un domaine. Si on suit plusieurs domaines, il est facile de créer des groupes de suivi par thématiques, personnes, mots-clés, … Pour éviter de scruter le flux continu de tweets (car après tout on a quand même autre chose à faire dans la vie), on peut souscrire à un service comme Twilert qui permet de recevoir des notifications par mots-clés ciblés sous la forme d’une liste de posts.
En complément le service Pocket vous permettra d’archiver automatiquement tous les tweets que vous liké. Pour cela vous devrez ouvrir un compte sur Pocket et plugger l’application avec Twitter en passant par une tâche IFTTT. C’est très pratique quand on fait de la lecture Twitter depuis son mobile.

Veille avec Feedly, ambiance RSS
veille et uration de contenus avec Feedly

Feedly permet d’organiser sa veille en suivant des sites. Le système agrège les publications d’un site par dates et heures. On peut créer l’arborescence que l’on veut et classer par thématiques. L’application est très intuitive en lecture et en 2 clics on peut lire l’extrait d’un contenu (c’est la première fenêtre que j’ouvre le matin avec mon café).
A noter Feedly peut se coupler avec de nombreuses applications. Pour fonctionner en mode collaboratif et partagé il faut passer à la caisse.

Pour ces 2 méthodes de veille, alimenter de nouveaux sites et comptes est indispensable pour renouveler de temps en temps ses sources d’information. Cela fini vite par devenir un réflexe quasi quotidien. La petite astuce, qui est loin d’être le tips de l’année est de concentrer sa veille d’actualités sur des contenus US/Anglo-saxon. Cela peut permettre, si vous êtes très rapide, d’être un peu plus invisible sur le contenu relayé. Pour les plus polyglottes, il y a de très bons experts Russes, Chinois, Polonais,….

Les compositeurs et les interprètes… de l’information

Faire de la veille de contenus, d’actualités c’est bien, créer de la valeur c’est mieux. Si vous vous sentez l’âme d’un rédacteur et que vous savez identifier des sujets encore peu ou mal traités alors il faut foncer.
Toutefois, je recommande de se lancer quand vous disposez déjà d’un certain niveau de notoriété. Si votre nombre d’abonnés est faible, l’effort réalisé et le temps passé ne sera pas très rentable car cela va créer peu d’engagement et vous dévoilez au passage, à quelques personnes mal intentionnées, un niveau d’information qu’elles pourraient exploiter pour leur propre compte.

La stratégie de veille et de « re-publication » est massivement exploitée et ne permet pas de se démarquer, cela peut-même desservir l’objectif visé.
Le minimum requis est d’interpréter une news en la réécrivant un peu à sa sauce et la publier le plus rapidement possible, car vous êtes plusieurs à faire la même chose en même temps et pour récupérer les lauriers c’est la règle des premiers arrivés, premiers servis.

Tiens une idée de contenu !

Source officielle : « Les tendances du mobile pour l’année 2018 »
Genre c’est mon actu : « 2018 l’année du mobile, quels changements ? »

Un conseil, faire très attention aux dates. Republier une news pas fraîche, c’est-à-dire supérieure à 24h/48h c’est un coup d’épée dans l’eau. Pire, si vous relayez une actu du mois dernier vous risquez de recevoir des pierres et ce serait un peu normal…

Un exemple de bonne pratique consiste à exploiter dans Linkedin la fonction « Rédiger un article » en publiant un extrait ou un résumé d’un contenu de son site et bien sur de faire un lien vers ce dernier. Cela permet d’alimenter l’espace publications de son compte Linkedin, tout en évitant une trop lourde duplication de contenu.

Exemple publication Linkedin

Ce titre donne une de ces envies de cliquer !

Un bon titre, une image, 3 hashtags,…un travail de fond qui vous prendra pas plus de 32 secondes.
On clique sur le lien et on arrive sur la page de publication Linkedin qui reprend les premiers mots de l’article original.

Exemple publication Linkedin 2

Trop fort Noel 😉

Point trop n’en faut mais juste ce qu’il faut ! Comme je sens que vous voulez absolument lire cet article et pour remercier l’auteur voici le lien : http://www.arobasenet.com/2018/01/optimiser-site-pour-recherche-vocale-4390.html

On doit rendre l’antenne, il faut conclure bordel !

Etre son propre média et peu importe votre business a pour objectif principal de capter du trafic (de la conversion, in fine du flouze).
Pierre-Enguerran, qui est brand marketing manager à la Cogip, me disait récemment lors d’une conf call :
« on va se positionner comme référent de l’info sur notre secteur et ainsi renforcer la notoriété de la marque ». Ta gueule! Comme dans 90% des cas il n’y a pas de moyens investis, donc tu feras comme tout le monde, tu republieras ce qui existe déjà… ET oui !

En résumé, 2 stratégies :

  1. Je fais de la veille, de la curation, je sélectionne, je re-publie, je partage sur les réseaux, je répond au commentaire de Bernard,…et je recommence. #chiant
    Fréquence de publication : quotidienne ou hebdo mais pas plus. On capitalise sur le volume et la récurrence. Il faut un système bien rodé pour tenir dans le temps. Je sais ça donne pas envie mais au final ça créé de l’engagement et ça fonctionne.
  2. Je fais de la veille, de la curation,…je trouve une idée originale de contenu que je documente, je rédige, je publie, je partage, je signe des autographes, … #cool
    Fréquence de publication : bi-mensuelle, mensuelle ou trimestrielle. On capitalise sur la valeur créé du contenu. Difficultés : prends (beaucoup) de temps dans la réalisation et attention de pas se retrouver en concurrence avec un contenu déjà existant et de forte qualité.
    Avantages : vous entrez dans la sphère « auteurs », cela renforce la notoriété d’une marque (n’est ce pas Enguerran ?) et surtout l’engagement est beaucoup plus fort de la part des lecteurs avec plus de partages, et de commentaires.
  3. Attends on avait dit 2 stratégies ?
    L’ultime stratégie est de faire les deux.
Deviens ton propre média (en foutant presque rien)
5 (100%) 2 votes