Que les choses soient claires. Les propos tenus dans cet article ne peuvent être écrit par un homo sapiens né vers la fin des années 90. Donc si tu es un lecteur de la génération alpha, tu vas pouvoir dire : « Hey papa, c’est fini les cassettes et les 45t ! faut vivre avec son temps. » Et moi je te traiterai de petit connard et j’ajouterai un « c’était mieux avant » histoire de passer encore plus pour un vieux con.

Bande magnétique, galette et LaserDisc… Roulez jeunesse !

L’usage courant de ses supports musicaux n’est pas si loin et pourtant pour les nouvelles générations on parle déjà de l’ère Paléolithique. Seul survivant, le disque vinyle qui continu d’être produit pour alimenter les collections des « DJs » et encore pour ceux qui ne sont pas passé au tout numérique… Je suis toujours un peu choqué de voir un mec en soirée qui utilise sa playlist iTunes pour faire bouger le boule de tout le monde et qu’en plus ce tout le monde dit : « putain il mixe trop bien ! »

musique en streaming quelle différence ?

Il a trop un bon son ce « ste-po » !

Bien sur, la musique en streaming permet d’accéder plus rapidement à plus d’artistes et de titres. On consomme plus vite, est ce qu’on consomme mieux ? Avant les années 2000, la musique dite « matérialisée » s’empruntait, se revendait, se partageait dès qu’un nouvel album sortait. Socialement, c’était un prétexte à se voir plus. Autre changement majeur, avant on transmettait sa musique. Evidemment on a pas les mêmes goûts que nos aînées, mais une collection de toute une vie c’est une forme de patrimoine culturel familial. Comment on fait maintenant ? On va mettre sur un testament nos identifiants Deezer ?

Quantité de titres et qualité audio du streaming

Victime récemment de moqueries alors que je disais publiquement que l’on ne trouvait pas toujours un titre sur Deezer notamment à cause de l’attribution des droits d’écoute par pays, j’affirme de nouveau que l’on ne trouve pas tout. En soit je n’ai pas de problème avec ça. Après tout on décide de concentrer sa consommation musicale auprès d’un unique service qui centralise déjà des millions de titres, on ne peut pas reprocher et dire : »Merde je trouve pas The Black Album de Rockers Hi-Fi… » Mais il y a un côté frustrant quand l’expérience se répète plusieurs fois. On doit faire avec ce qui nous ai proposé ou alors rebrancher son vieux lecteur CD et remonter les étagères nécessaires pour ranger les boîtiers. Il faut l’admettre, ça prend une place folle.

Au delà de la question du catalogue, une des conséquences du streaming dont la grande majorité des utilisateurs ne se pose à peine la question c’est la qualité audio. Pour la génération qui a grandi avec le numérique il est difficile à l’écoute de dire : « c’est dommage j’adore cette chanson mais le son est vraiment pourri, non ? » Bon je sais j’exagère, mais on sera quand même loin d’une qualité audio haute résolution. L’audio « Hi-Res » est réservé à une poignée de mélomanes disposant d’un certain pouvoir d’achat soit pour s’acheter l’installation de salon qui va bien ou encore pour s’abonner à un service comme Qobuz.

Mais à quoi sert cet article ?

A rien en fait! Juste de rappeler qu’avec une consommation massive de la musique en streaming avec des services comme Deezer, Spotify, Google Music,… on fini par écouter ce qui est « disponible » et que surtout on écoute de la musique en mode connecté et surtout en Wifi si tu veux éviter le surcoût de ton opérateur. Car même si l’on peut conserver une partie de sa musique hors connexion, on atteint vite les limites de stockage de son smartphone. Donc un conseil, si tu veux écouter la plus belle chanson de Jonnhy au fin fond des bois ou dans le désert reste connecté ou sinon branche ton baladeur cassette…

baladeur cassette walkman

Une merveille de technologie

 

 

Musique en streaming : monte le son bordel !
5 (100%) 1 vote